Retrouvez ici quelques poèmes du poète ch’ti René Bielair dit Cartouche.

Ch’Glaneux d’Patates

Quand ch’sincier y mettot sin drapeau
Bien intiqué au bord de ch’camp
Cha voulot dire qu’un pouvot
Glaner les pennetieres ed’restant
Aussi dès qu’in veyot ech’drapeau
Avec nos sacs nos hoettes ou nos grohés
Bin vite in s’dépéchot d’aller
Dins ch’coin qui nous sonnot l’pus biau
In arot dit l’ruée vers l’or
Ch’étot à ch’ti qui arot l’meilleur filon
Et si in n’in trouvot un alors
In  rimplichot sin sac à fond
L’soir in rintros tout fourbu
Avec un gros sac ed’patates
In disant qu’in étot réhu
M’mère al disot ch’est rien min pirate
Avec cha j’vas t’faire eune bonne purée
Avec eune saucisse et gramint d’sauce
Que te vas t’in pourléquer
In attindant qu’tin père y rinte de l’fosse

Ch’Pain d’Alouette

Ah qu’ch’ étot bon ech’pain d’alouette
Qu’min père y ramenot dins s’musette
Bien meilleux que ch’pain d’épice
Pour mi ch’étot un vrai délice

Ed’savoir qu’y arvenot du fond
In sintant l’odeur du carbon
Ch’étot comme un dessert
J’m’in faisot toute eune chair

Ch’Mécano

mi j’n’avos pas gramint quere l’ecole
min pere m’a dit fait un apprintissache
et comme j’avos quere faire des bricoles
y m’a trouvé un stache dins un garache

j’sus devenu l’roi de l’clé a mollette
j’rintros noir comme un mineur dins s’bowette
m’mère al devot y aller à l’brosse
pour ravoir mes loques ed’fosse

y avot autant d’graisse sur m’salopette
que dins les roulemints d’ché carettes
m’spécialité ch’étot l’démontache
j’étot moins fort question armontache

min père in m’veillant sur un moteur
y disot in rigolant d’bon coeur
y’est dins les mains d’sin dernier maite
ché boulons la t’es pas là d’z’armette

par la suite j’ai cangé ed’boulot
ch’étot pas eune vie pour les autos
j’n’étos pas fait pour ête mécano
mais ché un souvenir qui est biau

Ch’Père Noël

quand ch’est l’momint ed’ Noël
ché jones y n’tientent pus in plache
y rêv’tent ed’ juets ed’poupées nouvielles
et cha les rind complètemint bénaches
y t’font des listes ed’deux metes ed’long
des soldats, des baigneurs ou des camions
et si y sont plus vieux ch’est l’playstation
ou un ordinateur pour juer tout seu à s’maison
quand te fait l’tour ed’ché grands magasins
que te vos tout cha qui a dins les vitrines
te t’dit qu’y a plus ed’juets que d’gamins
qu’pour acater cha te peux t’user à l’usine
nous d’not’temps in avot eune coquille
eune orange et un soldat d’bos ou d’plomb
et si in étot sache un tchiot sac ed’billes
un carré d’chocolat un paquet d’bonbons
j’in sus à m’demander si ch’père Noël
y va pas bintôtfinir par prinde s’pinsion
pasque j’ai pus d’sous dins m’escarcelle
d’avoir trop gâté mes tchiots garchons

El Frod Ed’ l’Hiver

dins ch’grind frod ed’ l’hiver
d’chés quéminées sort de l’finquère
qui flotte au d’zeur ed’chés corons
popageant eune odeur ed’ carbon

dins chés rues y a des gins qui grèl’tent
in vous veyant passer y vous appel’tent
réclam’tent eune tchiote pièche pour minger
in tindant leux mains dins un vieux gant troé

l’nuit est in train ed’quérre
pour eux y ara pas ed’finquère
tout juste un morcieau ed’carton
comme matelas, comme édredon

pourtant dins l’rue d’à côté
y a des masons abandonnées
mais les fernietes sont murées
et chés portes framées a clef

y sont promisses à l’démolition
pas question d’in faire profiter
chés malheureux in train ed’grèler
y a vraimint pus ed’compassion

ch’l’Abbé Pierre y est parti
chés bonnes consciences avec li
avant ed’ s’occuper ed’l’étranger
d’vant nos portes y faudrot balayer

Fier d’être un Ch’ti mi

Mi j’ai gramint voyager
Ed gauche à droite ed tous cotés
Et même à l’étranger
Mais in a biau tournicoter
Y a eune chosse qu’in oublie jamais
Ch’est l’indrot du qu’in est né
Ch’est l’pus biau ed tous les pays
Et mi j’sus fier d’être un cht’i mi
Intre chés corons et chés terrils
Ch’est dins ch’coin là qu’j’ai grandi
In avot pas gramint d’sou à m’maison
Mais s’qu’in avot in l’avot gagné
In avot pas p’t’ête pas des millions
Mais au moins in avot not’fierté
A ch’t’époque là in avot tertous du boulot
El chomache personne n’in voulot
In armontot ses manches ed quemiches
In laissot pas l’gardin in friche
Et si in connaissot un malheureux
In ne l’laissot pas tout seu
Y avot toudis un reste ed ragout pour li
Eune tasse ed café ou un bon demi
Eune plache au coin de ch’feu
Quand y n’avot pour un n’avot pour deux
A ch’t’heure si tout y a cangé
Y a eune chosse que j’sais
Ch’est qu’un ch’ti mi li y cange pas si ch’est un vrai
Dins sin cœur y a eune flamme qui s’éteindra jamais

Fête des Pères

Vla l’fête des pères qui arvient
Comme tous les ans j’arais du ma
à pinser que ni aujourd’hui ni ed’main
j’pourrai souhaiter bonne fête papa
L’jour qui est parti d’l’aute côté
un morcieau d’min coeur s’est déquiré
J’sais bin que jamais je l’arverrai
mais pourtant y est toudis a mes côtés&
Dins m’tiête, dins mes pinsées
des fos j’l’intinds même parler
comme avant m’appeler sin tchiot
Et pour l’cas dù qui m’intindrot
j’y souhaite quand même tout bas
eune bonne fête min papa

J’ai rêvé

Ch’te nuit j’ai fait un drôle ed’rêfe
j’ai rêvé que j’volos la bas tout in haut
au d’sus d’ché terrils dù que l’solèle y s’lèfe
j’étos tout bonnemint devenu un osieau

In passant par au d’sus ed’min coron
j’ai bin arconnu m’tchiote mason
in rase motte j’ai plané sur min gardin
j’ai vu min père et a côté sin quien

J’ai fait aller mes ailes j’sus armonté
presque jusqu’à chés nuaches éffilochés
et là je m’sus dit que vraimint min pays
cha sera toudis l’pus bieau pour mi

Avec tous ses camps ed’blé ou d’colza
ses camps ed’bettrafes ed’maïs ed’soja
et comme pour arsanner un peu à l’Egypte
y a des terrils in guisse ed’pyramites

ch’est sur pour mi sur tierre y a pas miux
ch’est min coin mes racines alles sont là
et pus tard quand j’arais fini d’ête viux
ch’est suremint ichi qu’in m’interrera

L’tir à l’Osieau

avec min frère étant tchiot
avec not’père l’ diminche in allot
faire du tir à l’arc à l’osieau
dins l’arrière cour d’un bistrot
y avot autant d’tireurs que d’poivrots
et des fos quand in abattot

qu’un tchiot peu d’sou in gagnot
in arvenot tout fiérot
des fos in allot a ch’tir in hauteur
mais in avot toudis peur
quand ché fleches iz arquettent
qui s’plantent dins nos tiêtes

L’Veuve

avec eune racourche et eune gayette
un bout d’papier et des équettes
al rallume sin fourneau
pour récauffer s’vielle piau

depuis qu’sin vieux y est parti
vire si y’avot des fosses au paradis
al s’innuie et al a toudis frod
al a même pus l’gout d’finir sin tricot

al trouve ches jours gramint plus longs
al vot pus souvint sin garchon
li aussi a ch’t’heure y’est parti
y a trouver ed’l’ouvrache à Paris

al tijonne ech’feu pour l’raviver
et rajoute un séau d’carbon
in arserrant sin vieux gilet
al vient d’avoir un tchiot frisson

al s’assit dins sin canapé
et récauffée al ferme ses yeux
derrière ses paupières framées
d’un cop al arvot sin bon vieux

alors comme un bonheur artrouvé
al le sint comme a coté d’elle
al le cajole et l’y promets
d’bientôt l’arjoinde au ciel

Le G’nieffe

y a eune chosse qui t’arquinque quand te t’lièfe
ch’est ed’boire eune tchiote bistoule avec du g’nieffe
qu’ cha seuche du wambrechies, du skidam ou du loos
ch’est toudis meilleux que l’eau qu’in bot au fond de l’fosse

quand te l’avale cha récauffe tout duchemint tin gosier
et quand cha arrife à t’n’estomac cha t’fait bin digérer
ch’est pour cha que j’pinse que cha serot normal
qu’cha seuche rimbourser par l’ sécurité sociale

cha tue les micropes, les virus et les viers
et pis cha nous permet ed’passer l’hiver
sans trop faire bruler ch’fu à carbon
ch’est écologique, y a pas ed’pollution

alors écoutez bin min tchiot consel
dins ch’placard ayez eune tchiote boutelle
de ch’merveilleux g’nieffe ed’not’ coin
ch’est bin cha l’meilleux et de loin

Le Plat Pays

Avec l’ mer de ch’ nord pour dernier terrain vague
Et des vagues ed’ dunes pour arrêter chés vagues
Et d’vagues rochers qu’chés marées dépass’tent
Et qui ont à jamais l’cœur à marée basse
Avec infinimint ed’ brumes à venir
Avec ch’vint ed’ l’est acoutez-le tenir
Ch’plat pays qui est l’mien
Avec des cathédrales pour uniques montanes
Et ed’ noirs cloquers comme mâts ed’ cocane
Du qu’ des diapes in pierre décroch’tent chés nuaches
Avec l’fil des jours pour unique voyache
Et des quémins ed’ pleufe pour unique bonsoir
Avec ch’vint d’ouest acoutez-le vouloir
Ch’plat pays qui est l’mien
Avec un ciel si bas qu’un canal s’est perdu
Avec un ciel si bas qu’y fait l’humilité
Avec un ciel si gris qu’un canal s’est pindu
Avec un ciel si gris qui faut y pardonner
Avec ch’vint du nord qui vient s’écartéler
Avec ch’vint du nord acoutez-le craquer
Ch’plat pays qui est l’mien
Avec ed’ l’Italie qui déquindrot l’Escaut
Avec Frida l’blonte quand al’ devient Margot
Quand chés fils ed’ novimpe nous arvientent in mai
Quand l’plaine est finquante et tranne sous juillet
Quand ch’vint est au rire, quand ch’vint est au blé
Quand ch’vint est au sut’, acoutez-le canter
Ch’plat pays qui est l’mien

Les Monieaux

un tchiot monieau
sur l’bord d’un tot
y a rien d’pus bieau
qu’un tchiot pierrot
qui cante là haut
quand y fait bieau

un tchiot mouchon
ch’est si mignon
dins un rucheux
mi j’in vos deux
qui jutent à un jeu
l’jeu des amoureux

bintôt cha va pialler
d’zous l’tuile du grenier
dins un tchiot nid
ed’branques et ed’papier
chés oués aront éclos
y’ara d’nouvieaux osieaux

quand l’hiver sera là
mes gins n’oubliez pas
ed’donner un peu à minger
à ches mouchons frigorifiés
des miettes ed’pain rassis
qui ming’tent ed’bon appétit

Min Hénin

meme in hiver mi j’aimos bien
m’promener dins tout Hénin
ej’traversos el cité Foch
mettant mes mains dins mes poches
arrivé à ch’pont souterrain
j’avos d’jà pus frod à mes mains
et tout contint ej’m’in allos
in direction d’el plache Carnot

j’acatos un sac ed’mapes in verre
dins eune boutique, l’magazin vert
aujourd’hui y n’existe pus
ché jones y z’ont cangé ed ju
in armontant l’rue Montpenché
ch’cop chi j’étos tout récauffé

la j’artrouvos min copain Pierrot
et in juot aux mapes dins ech’gulot
eune heure aprés quand in rintrot
in avot el piquette à ses dogts
mais in étot quand même contints
d’avoir fait un tour dins Hénin

Min Papa

Je n’sais pas si vous avez armarqué
ch’est quand quelq’un y est parti
qu’d’un seul cop in s’met à busier
qu’in n’y a pas vraimint tout dit

Ch’est à ch’t’heure qui n’est pus là
qu’j’argrette ed’pas y’avoir parler
à li qui étot un si bon papa
alors que j’n’avos à y raconter

Y parler de l’pleufe ou du solèle
du sport ou d’ché nouvielles
ou d’aut’ cosse je n’sais mi
pour passer un momint avec li

Y m’a appris à juer à l’belote
à devenir un homme comme euz’autes
à toudis marcher l’tiête haute
pas s’mette à genoux, faire à s’mote

A toudis savoir garder el’moral
même quand te souffre que cha va mal
y t’as toudis su garder t’fierté
et j’sus fier d’être s’n’héritier

Min Pauf’ Pays

min pauf’ pays vla qu’à ch’ t’ heure
in t’salis in bafoue t’ n’ honneur
après chés hooligans parisiens
ch’ t’ un magistrat qui fout l’ brin

à les intinde in serot des rustres
toudis prêt à grimper à ch’lustre
avec les tchiots infants d’nos visins
après avoir bu de l’bière ou du vin

faut-y qu’y t’ connaich’tent si mal
un pays si chaleureux si convivial
du qu’chés gins sav’tent donner
ed’ leur temps et leur amitiés

si t’ étot vraimint un pays ed’ sauvaches
aros-tu fais naîte autant d’ personnaches
des De Gaulle, Alain Decaux, Albert Calmettes
Jean Perrin, Edouard Lalo, auguste Mariette

et l’ liste serot trop longue à écrire
y arot tellemint ed’ choses à dire
j’ méprise chés laches qui t’ont sali
j’ te garde dins min coeur, min bieau pays

Mineur Sans Mine

cha y est m’fosse alle est framée
vingt ans que j’déquindos au fond
vingt ans ed’poufinque à respirer
à n’in rimplir mes paufes poumons

si j’peux pus mette m’barrette
quo que j’vas mette sur m’tiête
et si j’peux aller dins l’talle
quo que j’vas faire comme travale

quand j’passe ed’vant sin carreau
ed’savoir qu’j’irai pus dins ch’tro
dins min coeur j’arsins un grand frod
cha m’rind trisse cha m’fait ed’mau

même si j’sais qu’j’ai de l’silicosse
mi j’avos quère d’ouvrer à l’fosse
quand j’armontos j’étos noir ed’carbon
mais j’étos avec mes camarates au fond

des fos in partageot note tchiot briquet
des tartines ed’fromache ou bin ed’paté
ch’étot bin comme si ch’étot un banquet
ch’étot des tchiots momints privilégiés

j’sus core trop jone pour prinde m’pinsion
pour tout laicher, m’occuper ed’mes coulons
mais ils veul’tent pas non pus d’mi à l’usine
quo que j’vas pouvoir faire si y a pus ed’mine

y est pas question ed’m’inscrire au chomache
mi tout cha que j’veux ch’est d’l’ouvrache
j’sus pas core prêt pour faire l’mindicité
alors si y a pus moyen j’préfère incore crever.

qui sait p’t ête qu’ dins un coin du au paradis
y arot un tro ed’ fosse qui n’attindrot qu’mi
pour rimplir des pleins barrous ed’carbon
qu’in inverrot in infer pour cauffer ch’démon

Pour m’Mère

Cha va bétôt ête l’fête des mères
eune journée que j’ai pus quère
j’peux pus y acater des fleurs
ni même l’serrer sur min coeur

Bètôt dix ans qu’alle est partie
j’in serais jamais vraimint guéri
même à ch’t’heure que j’sus grand
j’ai core toudis besoin d’ti….m’man

pour ti j’serais toudis tin tchiot
mais à ch’t’heure que t’es la haut
mi i m’minquera toudis tes bras
qui m’berchotent in cantant tout bas

bonne fête m’man

Touche pas m’région

M’région al n’a pas ed’vraie frontiére
Tout juste el parfum d’eune bière
Un parlache qu’tertous y comprind
Pourvu qui seuche né dins note coin
Eune façon ed’faire, un savoir vife
Qu’in s’transmet ed’coeur in coeur
Cha s’apprind pas dins chés lifes
Ete accueillant ch’est un honneur
In a des bras et in sait s’in servir
In nous vot jamais buter sur l’ouvrache
Intre nous aute in sait s’soutenir
C’ qui nous minque pas ch’est du courache
In peut bin vouloir nous décoper
Ou bin vouloir nous délimiter
Mais in’n’sara jamais dégoter
Les gars du Nord et du Pas-de-Calais

L’printemps

ch’cop chi cha y est enfin
ches arpes is sont in boutons
ch’printemps dins min gardin
fait fleurir ches buissons
d’pus l’temps que j’l’attindos
je n’avos marre du temps d’hiver
de l’pleufe,de l’rimée, du frod
un tchiot solel récauffe l’tierre

ches lilas is bourgeonn’tent
ches amindiers is sont fleuris
ches monieaux is pouponn’tent
in comminche à intinde leux cris

les hurchons sortent du sommel
ch’est l’début des biaux jours
partout l’nature alle se révelle
et ch’est l’saison des amours

L’arnu

Cha comminche par eune caleur étouffante
Chés gins comme chés bietes sont énervées
In dirot qu’in va tertous s’étoquer
L’vint i s’léfe, chés arpes is cantent

Un éclair qui pète comme un cop d’canon
Pis eune drache à rimplir tous chés caudrons
Cha délafe tout,l’iau déborde d’chés gulots
Cha gicle de ch’l’hochère pleine d’ tros

L’ciel i devient noir comme du carbon
In allume l’leumière dins nos masons
Après eune heure d’barouf infernal
L’calme arvient avec un solel pâle
dins ch’gardin i monte eune odeur
douceureusse d’tierre mouillée
Accompagnée du parfum d’chés fleurs,
De l’hierpe que l’pleufe a arrosé

L’air i est ardevenu pus respirape
Par indrot l’iau a formé des nappes
d’chés haillures sortent des escargots
Des viers d’tierre sortent d’leur tros

L’sol i finque, avec l’solqul arvenu,
In est bin jusqu’à ch’prochain arnu
In a pas besoin d’arroser sin courtil
Avec c’qui a queu aujourd’hui cha suffit

Galibot

noir terril limite de m’n’horizon
noir terril limite de m’n’imbition
tchiot fieu et fieu dd’ mineur
je prindrais l’ quémin du labeur

j’ai eu hier mes quatorse ans
ch’est fini les jupons de m’man
dd’main j’déquindrais au fond
comme ez’autes armonter du carbon

j’aros bin voulu ête docteur
avocat ou bin instituteur
mais les étutes cha coute
mi fallot que j’gagne m’croute

et quand min père silicosé
trop usé n’pourra pu ouvrer
cha sera min tour d’nourrir
tout l’famille et de l’chérir

ch’est un dur métier mineur
mais in est fier d’sin labeur
in armonte tout noir d’carbon
mais in marche in levant sin front

in rinte sans baisser les yux
même si ailleurs y a miux
comme min père et min taïon
contints d’aresonter du fond

Réné Bierlair dit Cartouche