Date

Deuxième week-end de septembre

Histoire

Le 26 décembre 1566, une terrible bataille de religion entre les gueux flamands

et les catholiques espagnoles se déroula au village de Wattrelos.

Les gueux habillés pauvrement (de berlouffes en chti) sont assiégés dans l'église.

On finit par y mettre le feu. Les gueux sont brûlés vifs ou asphyxiés par la fumée.

Nombreux décident de se jeter du haut de l'église pour fuir les flammes,...

et s'écrasent au sol ou sur les lances des espagnoles.

Les 150 réfugiés en sont tous morts.

Depuis 1977, les wattrelosiens commémorent cette journée sanglante.

en jetant du haut de l'église de la Grand-Place des poupées habillées de haillons (berlouffes).

A l’origine : une page d’histoire tragique

La fête des Berlouffes est la plus grande manifestation populaire de Wattrelos. Elle commémore un épisode sanglant des guerres de religions qui fit 150 victimes le 27 décembre 1566.
Remontons le temps grâce au récit de Martine Avet, de l’association de recherches historiques de Wattrelos :

Début XVIè siècle

Wattrelos, comme toute la châtellenie de Lille, est située dans les Pays Bas Espagnols dirigés par Charles Quint, puis Philippe II, son fils.
Comme la plupart des villes de notre région, Wattrelos dépend d’un seigneur : l’évêque de Gand, représenté par son bailli. Mais des difficultés proviennent de la vie religieuse depuis qu’en 1517 un moine allemand, Martin Luther, a fustigé les abus du catholicisme, et qu’en Picardie, Jean Calvin lui a fait écho.
Une nouvelle branche de la religion chrétienne émerge : le protestantisme.
Des livres imprimés à Genève sont reproduits en cachette par des imprimeurs de Lille et diffusés dans la région.

La révolte des Gueux

Dès l’an 1553, il y a des protestants aux environs de Wattrelos. Armés de bâtons ferrés, de fourches, ils décident de briser les images pieuses dans les églises des environs : celle de Wattrelos n’est pas épargnée. Aux revendications religieuses s’ajoute un mouvement de révolte contre l’ordre établi, dont les participants sont surnommés, par chez nous, « les Gueux ». Le 22 décembre 1566, ces Gueux marchent sur la ville de Lille qu’ils espèrent prendre ; ils sont battus.
Quelques jours plus tard a lieu la « revanche » ; elle se déroule à Wattrelos. Une foule de 400 Gueux y rencontre les troupes catholiques.
Nos Gueux se retranchent dans le cimetière entourant l’église dont ils espèrent, sans succès, faire une forteresse, puis dans l’église : ils se barricadent dans le clocher.
Les assaillants, ne parvenant pas à forcer la porte, décident d’incendier le bâtiment. Plusieurs assiégés se jettent des fenêtres. D’autres seront sauvés par des Wattrelosiens à la nuit tombée, mais on dénombrera 150 morts. L’église de la Trinité est à moitié détruite, sa grande nef quasi consumée.
Elle sera reconstruite en 1621, pour être remplacée en 1882 par un édifice plus grand, moins vétuste, d’où sont aujourd’hui lancées les poupées Berlouffes : l’église Saint-Maclou.

Infos

C’est l’un des plus grand vide grenier de France. Ici, on ne trouve pas de professionnels, la police se charge de les faire partir, mais un peu plus de 150000 chineurs et promeneurs qui se retrouvent sur 20 km autour et dans la rue principale. Chacun s’improvisant vendeur, bonimenteur, marchandeur, et tout ça dans la bonne humeur.

La poupée

Elle ne cesse d’être améliorée chaque année. En 2005, elle a des cheveux, une culotte et elle est aux normes de la C.E.

Lieu

Wattrelos

Lien

wattrelos-tourisme.com