Il existe de nombreuses expressions en ch’ti, en voici quelques unes.

B
C
D
E
F
G
J
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
Y

A

A chacun sin du, ch’est un prété pour un rindu !
A chacun son du, c’est un prêté pour un rendu !
(Quand on attaque quelqu’un, il faut s’attendre à des représailles)

A ches uns, in donne tout, a ches autes, in n’donne rin !
Aux uns, on donne tout, aux autres, on donne rien !
(Il y a de l’injustice)

Ach’teur, i est d’ssus l’prinmier boujon de l’equelle !
Maintenant, il est dessus le premier échelon de l’échelle !
(Il a fait le premier pas)

A crédit, in bouffrot l’diape !
A crédit, on mangerait le diable !
(Quand c’est gratuit, il faut en profiter)

All’a toudistoudis quette cosse qui va nin !
Elle a toujours quelque chose qui ne va pas !

All’a fait marché s’lavette
Elle a fait marché sa lavette
(C’est une commère)

A l’arvoyure !
Au plaisir de se revoir !

All’ est bélote !
C’est une belle fille !

All’ est belle comme un oignon, in ‘peut point l’arweitier sins braire !
Elle est belle (affreuse) comme un oignon, on ne peut pas la regarder sans pleurer !

Alors, min tiot, in t’a passé l’goriot ?
Alors mon petit, on t’a passé le collier d’un cheval de trait ?
(Se dit quand un jeune commence à travailler)

A nouveau miait, nouveau chifflot !
A nouveau maître, nouveau sifflet !
(Quand il y a un nouveau chef, il y a de nouvelles directives)

Après ch’temps là in d’ara d’l’aute !
Après ce temps là on en aura un autre !

Ardis le me le !
Redis le moi !

Armet nous chés verr comm y z’étott !
Une nouvelle tournée… Garçon…!

Armet nous chés verr in peinture !
Une nouvelle tournée… Garçon…!

Armonte eut’marone, tin pintalon i quié !
Remonte ta culotte, ton pantalon descent !
(Arrête de nous dire des bêtises !)

Assis te, fais comme à t’mason !
Assieds-toi, fais comme à ta maison !
(Se dit quand une personne est sans gêne)

Aujord’hui, ch’est tout pur, mais l’ind’min ch’est pus rin !
Aujourd’hui, c’est tout pur, mais le lendemain c’est plus rien !
(Se dit quand une personne change constamment de sentiments)

Aveuc li ch’est toudis rouf-rouf !
Avec lui c’est toujours bâclé !

A vot’sinté la copagnie, ch’ti qui n’bot nin, tint pisse pour lui !
A votre santé la compagnie, celui qui ne bois pas tant pis pour lui !
(Jeu de mot avec tint pisse pour lui, on pisse pour lui)

B

Baisse el capot ! In vot tin moteur !
Baisse le capot ! On voit ton moteur !
(Se dit quand un garçon voit une fille faire du vélo en jupe)

Batiche, pus qui bot, pus qui piche !
Baptiste, plus qui boit, plus qu’il pisse !

Bonjour tertous !
Bonjour tout le monde !

Bonjour mes gins, m’tiete al arrife, min cul y vient !
Bonjour, mes gens, ma tête arrive, mon cul vient !

C

Chacun fait sin lit comme y veut se couquer !
Chacun fait son lit comme il veut se coucher !

Cha ch’est quétte cosse !
Çà c’est quelque chose ! !

Cha li pind au nez !
Ça risque de bientôt lui arriver !

Cha s’rot bin l’diape !
Ca serait bien le diable !
(On n’aurait vraiment pas de chance si ça arrive)

Ch’a tombe … !
(Il se peut que … ) ou (peut -être que …)

Cha va barder !
Cela va mal se passer !

Cha va être eune aut’paire ed minches !
Ca va être une autre paire de manches !
(Ça va être plus difficile !)

Ches béguéyeux ch’est des minteux !
Les bègues sont des menteurs (quelqu’un qui cherche ses mots en bégayant pour se justifier)

Ches premiers, ch’est pour les z’infints !
Les premiers, c’est pour les enfants !
(Quand on joue les premières parties sont pour s’échauffer)

Ch’est cacher midi à quatorze heures !
C’est chercher midi à quatorze heures !
(C’est chercher des ennuis là où il n’y en a pas)

Ch’est ches gins qui font ches masons !
Ce sont les gens qui font les maisons !

Ch’est clair comme du jus d’chique !
C’est clair comme du jus de chique !
(Se dit quand on ne comprend pas ce qu’on nous raconte)

Ch’est comme el tartine après l’croûton !
C’est comme la tartine après le croûton !
(Se dit d’une chose qui semble avoir toujours existé !)

Ch’est comme eune brouette, all va quind in l’pousse !
C’est comme une brouette, elle avance quand on la pousse !
(Pour certaine personne il faut toujours être derrière eux pour qu’elle travaille)

Ch’est comme si in pétot dins in violon pour i donner du son !
C’est comme si on pétait dans un violon pour lui donner du son !
(Ça ne sert à rien)

Ch’est d’el pichate ed’baudet !
C’est de la pisse de baudet !
(C’est de la mauvaise bière)

Ch’est d’main l’fiête, les singes sont à l’feniete !
C’est demain la fête, les singes sont à la fenêtre !
(Se dit quand les gens surveillent ce qui se passe à la fenêtre)

Ch’est facile comme bonjour !
ou
Ch’est simpe comme bonjour !
(Ça se fait sans difficulté)

Ch’est fait à l’six quate deux !
C’est fait à la six quatre deux !
(C’est mal fait)

Ch’est fait de brique et d’broque !
C’est du rafistolage !

Ch’est in baudet qui dévient quévo !
C’est un baudet qui devient cheval !
(Se dit quand on donne une promotion à quelqu’un qui ne le méritait pas)

Ch’est l’métier qui rinte !
Ou
Ch’est l’métier qui rinte dins t’pieau !
C’est le métier qui rentre ! ou C’est le métier qui rentre dans ta peau !
(se dit quand un ouvrier se blesse au travail)

Ch’est l’ouvrache ed chacun qui profite à tertous !
C’est le travail de chacun qui profite à tout le monde !
(Il ne doit pas avoir de fainéants dans un travail de groupe)

Ch’est l’pu belle fleur ed’min capiau !
C’est la plus belle fleur de mon chapeau !
(C’est la personne qui compte le plus pour moi)

Ch’est nin dins tin miroir que tu risques de voir des mervelles !
Ce n’est pas dans ton miroir que tu risque de voir des merveilles !

Ch’est nin toudis l’ducasse !
Ce n’est pas toujours la fête !

Ch’est passé comme eune lette à l’poste !
C’est passé comme une lettre à la poste !
(C’est passé facilement)

Ch’est passé pa l’trau à tarte !
C’est passé par le trou à tarte ! (il a avalé de travers)

Ch’est ric et rac !
C’est tout juste !

Ch’est sin portrait tout craché!
C’est son protrait tout craché! (il ou elle ressemble fort à son père ou à sa mère)

Ch’est toudis les tchos qui subiss’tent les fautes d’el z’autes !
C’est toujours les petits qui subissent les fautes des autres !

Ch’est toudis meilleu à l’mason dé z’autes. !
C’est toujours meilleur chez les autres !

Ch’est un abatteux d’brouillard !
C’est un abatteur de brouillard !
(C’est quelqu’un qui fait semblant de travailler beaucoup, mais qui travaille peu)

Ch’est un cataplass’ d’sus eune gimbe ed’bos !
C’est un cataplasme sur une jambe de bois !
(Faire quelque chose d’inutile)

Ch’est un galaffe, i t’mingerot eune vaque et in vieau à chaque arpas !
C’est un gourmand, il te mangerait une vache et un veau à chaque repas !

Ches vielles masons, ch’est comme ches jones femmes, faut toudis ête d’sus !
Les vieilles maisons c’est comme les jeunes femmes, il faut toujours être dessus !
(Il faut toujours être très attentif à sa maison, si elle est vielle, à sa femme, si elle est jeune)

Ch’est un rute pièche ch’ti là !
C’est une rude pièce celui là !
C’est un sacré numéro, un bout en train

Ch’qu’in sait faire, ch’est point lourd à porter !
Ce que s’on sait faire, ce n’est pas lourd à porter !
(C’est facile de faire quelque chose qu’on sait déjà faire et qu’on aime faire)

Ch’ti qui n’est point contint d’sus tierre, qui s’muche ed din !
Celui qui n’est pas content sur terre qu’il se cache dedans !

Chuis fin heureux !
Je suis très heureux !

Coeur, ch’i qui n’d’a nin, i n’in meurt !
Coeur, celui qui n’en a pas, il en meurt !
(Se dit quand on joue du coeur aux cartes)

Compte la d’ssus et bos d’l’ieau !
Compte la dessus et bois de l’eau !
(Alors là tu rêves !)

Cros cha et pis bos d’l’ieau !
Crois ça et bois de l’eau !
(Parle toujours, on ne te croit pas !)

D

D’el pleuf à midi, ch’est pour tout l’après midi !
De la pluie à midi, c’est pour tout l’après midi !
et
D’el pleuf à sept heures, ch’est du solel pour onze heures !
De la pluie à sept heures, c’est du soleil pour onze heures !

Del séminch’ed’curieux pour mett’al cul d’ché d’mindeux !
De la semence de curieux pour mettre au cul des demandeurs !

Des nunuches, des crottes ed’quien qu’on chuche !
Des petites choses sans importances, des crottes de chiens qu’on suce !
(Se dit en réponse de « Qu’esse tu fout ? (Que fais-tu ?) »

Douze métiers, treize misères !
(Quand on change souvent de métiers, on a plus de difficultés)

Du bren ch’est del’argint !
De la merde c’est de l’argent !
(Tout se vend, tout s’achète, rien ne se perd)

D’où ch qu’y a d’la gene, y a nin de d’plaisir !
Mais d’où ch’qu’y a du genief, y’in a !
Où il y a de la gène, il n’y a pas de plaisir !
Mais où il y a du genièvre, il y en a !

Dù qu’ch’est qu’te resses ?
Où habites-tu ?

E

E’ch’ bac i s’a artourné su ch’pourchiau !
L’auge s’est retournée sur le cochon !
(Les méchancetés qu’il a dit se sont retournées contre lui)

Ecoute un peu ichi !
Viens me voir ici

Eu ch’ti qui va all ducasse i perd es’plache !
Celui qui va à la ducasse (fête foraine) perd sa place !

Es langue all’s’ra usée qu’ses bras i s’ront cor neus !
Sa langue sera usée que ses bras seront encore tous neufs !

Et du chqu’un l’bo ?
A l’since fairin duch’qu’un nourrit les fainéants pour rin !

Où est-ce qu’on le boit ?
A la ferme où on ne fait rien là où on nourrit les fainéants pour rien !

Eune vaque n’y r’trouverot nin sin vieau !
Une vache n’y retrouverait pas son veau !
(C’est le désordre ici)

F

Fais à t’mote!
Fais comme tu veux !

Faut faire à s’mote, et l’reste à s’fantaisie !
Faut faire à sa mode, et le reste à sa fantaisie !
(chacun fait ce qui lui plait)

Ferme eut’bouque, tin nez y va quere eun din !
Ferme ta bouche, ton nez va tomber dedans !

Ferme tin chucrier, les mouques all vont rintrer !
Ferme ton sucrier, les mouches vont y rentrer !
(Se dit à une personne qui reste la bouche ouverte)

Ferme tin clapet !
Tais toi !

Fous’d’gueule au mur, i minque eune brique !
Mets ta tête contre le mur, il manque une brique !
(Occupe toi de tes affaires)

Foute ed gueule !
(Tu es un moqueur)

Frotte tin cul avec eune brique, te l’auras rouche !
Frotte ton cul avec une brique, tu l’auras rouge !
(va te faire voir)

G

Gentil n’a qu’un eul, mi j’n’ai deux !
Gentil n’a qu’un œil, moi j’en ai deux !
(Trop bon, trop con !)

Gratte tin cul, ch’est d’el longueur ed ‘tin bras !
Gratte ton cul, c’est de la longueur de ton bras !
(Me fais pas perdre mon temps avec tes conneries)

I

I’a aussi long d’chez mi chez ti, que d’chez ti chez mi !
Il y a autant de temps de chez moi à chez toi, que de chez toi à chez moi !
(C’est du pareil au même)

I’a bin fait sin burre !
Il a bien fait son beurre !
(Il a bien gagné de l’argent)

I’a d’el chaire morte sous ses bras !
Il y a de la chaire morte sous ses bras !
ou
In dirot qui va tout abatte !
On dirait qu’il va tout abattre !
I’a les côtes in long
Il a les côtes en long
(C’est un fainéant)

I’a de l’or au bout de ses dogts
Il a de l’or au bout de ses doigts
(Il est très doué en travaillant avec ses mains)

I’a des gambes comme des boujons d’caïèle !
Il a des jambes comme des barreaux de chaise !

I’a été sevré aveuc eune queue de sauret !
Il a été sevré avec une queue de hareng-saur !
(Le hareng saur donne soif, donc il veut toujours boire)

I’a filé comme eun balle ed’boche !
Il est parti comme une balle allemande !
(Il est parti très très vite !)

I’a gramint pus d’viux ivrognes que viux medcins !
Il y a plus de vieux ivrognes que de vieux medecins !

I’a l’esprit intortillé dins eune loque !
Il a l’esprit entortillé dans un chiffon
(Il a de la difficulté à s’exprimer)

I’a mingé d’el vaque inragée !
Il a mangé de la vache enragée !
(Il déborde d’énergie)

I’a mingé du pâté de mouques !
Il a mangé du pâté de mouches !
(Il a mangé un maigre repas !)

I’a nin eune tiête à chucher des glachons !
Il n’a pas une tête à sucer des glaçons !
(Il a une tête d’ivrogne)

I’a pris ses cliques et ses claques !
(Il est parti sans attendre)

I’a pus d’bren à sin cul que d’sueur !
Il y a plus de merde à son cul que de sueur !
(Il est sale est fainéant)

I’a ses i pus grinds ques’bouque !
Il a ses yeux plus grands que le ventre !
(Il a pris plus de nourriture qu’il ne saurait manger)

I’a s’guiffe pleine ed brin d’juda !
Il a la figure couverte de tâches de rousseur !

I’a sin pain cuit et s’bière brassée !
Il a son pain cuit et sa bière brassée !
(Il n’a pas de soucis à se faire, il a tout ce qu’il lui faut)

I a s’prone, es caramèle, es dache, unne rude kerke !
Il a sa cuite !

I’a tint fait d’ses pids et d’ses mains qui n’d’est v’nu à bout !
Il a tant fait de ses pieds et de ses mains qu’il en est venu à bout !
(Il en est arrivé avec beaucoup de persévérances)

I’a toudis plus d’acouteux que d’ouvreux !
Il y a toujours plus d’écouteurs que de travailleurs
(Dans une équipe il y a toujours plus de personnes qui ne font rien que de personnes qui travaillent)

I’a une babèle qu’i nd’est pon maite !
Il ne sait pas tenir sa langue !

I’a un caractère d’quien !
Il a un caractère de chien !
(Il a un sale caractère)

I’a un oeul qui dit merte à l’aute !
Il a un oeil qui dit merde à l’autre !
ou
I’a un oeul qui vole les prones et l’aute qui survelle ech’garte !
Il a un oeil qui vole les prunes et l’autre qui surveille le garde !
(Il a un strabisme)

I a un grand cul mais un tiot tro !
Il a un grand cul mais un petit trou !
(C’est un prétentieux)

I bafe et i dit qui pleut !
Il bave il dit qu’il pleut !
(Se dit quand une personne à de la difficulté à s’exprimer)

I bot comme un tro et pu qu’i bot pu qu’i’a so !
Il boit comme un trou et plus qu’il boit plus il a soif !

I casse toudis du chuque sur tin dos !
Il casse toujours du sucre sur ton dos !
(Il dit du mal sur toi quand tu n’es pas là)

I chuche nin qu’des glachons !
Il ne suce pas que des glaçons ! (il est alcoolique)

I coperot un sou in quate !
Il couperait un sou en quatre !
(Il est avare)

I crie toudis pour un bren d’quien !
Il crie toujours pour une merde de chien !
(Il dramatise toujours)

I ersanne tout sin père !
Il ressemble fort à son père !

I’est assis d’su ses orelles !
Il est assis sur ses oreilles !

I’est au régime ed chirop d’parapluie !
Il est au régime de sirop de parapluie !
(Il doit boire que de l’eau)

I’est fier comme eune crotte !
Il est fier comme une crotte !

I’est né in Bétanie !
Il est né en Bétanie !
(Bétanie pays de la bêtise)

I’est quervé des quate pattes !
Il est saoul des quatre pattes !
ou
I’est quervé comme eune andoulle !
Il est saoul comme une andouille !

I’est sourd d’un orelle et i n’intind nin d’l’aute !
Il est sourd d’une oreille et il n’entend pas de l’autre !
(Il ne veut pas écouter)

I est tellemint tchio qu’eus tchiète, elle pue des pieds !
Il est tellement petit que sa tête sent des pieds !

I fait comme ches cats, i arcouve sin bren !
Il fait comme ces chats, il recouvre sa merde !
(Il cache bien ses petites affaires)

I fait eune graingne comme un cat qui a bu du vinaique !
Il fait une grimace comme un chat qui a bu du vinaigre !

I fait l’Jacques !
Il fait des sottises !

I faut êtes apprinti avint d’êtes maite, ch’est eune règle dins tous ches métiers !
Il faut être apprenti avant d’être maître, c’est la règle dans tous les métiers !

I fait toudis meilleu dins l’cense din aute !
Il fait toujours meilleur dans la maison d’un autre !

I finque comme eune quémininée !
Il fume comme une cheminée !

I faut labeurer avint de s’mer !
Il faut labourer avant de semer !
(Il faut préparer le travail avant de le commencer)

I faut laicher les gins laver leur linche sale en famile !
Il faut laisser les gens laver leur linge sale en famille!

I faut vife et se laicher vife !
Il faut vivre et se laisser vivre !

I frot rigoler un mont d’caillots !
Il ferait rire un mont de cailloux !

I mint comm’in arracheux ed dints !
Il ment comme un arracheur de dents !

I met sin nez là où un quien i n’mettrot nin s’queue !
Il met son nez là où un chien ne mettrait pas sa queue !
(Il s’occupe de ce qu’il ne le regarde pas)

In a bieau s’casser s’tiête d’su ches murs, in n’y arriv’ra nin !
On beau se casser la tête sur ses murs, on n’y arrivera pas !
(Même avec beaucoup de mal, on n’y arrivera jamais)

In a bieau mucher l’queue du baudet, in l’arconnot à ses orelles !
On a beau cacher la queue du baudet, on le reconnait à ses oreilles !

In a du pain d’sus l’planque !
On a du pain sur la planche !
(On a encore beaucoup de travail)

I n’d’a plein s’bouque !
Il en a plein la bouche ! (il en parle avec admiration)

I n’d’es bleu !
Il en est fou amoureux !

In devint nin gras à léquer les murs !
On ne devient pas gras en léchant les murs !
(Ce n’est pas en se privant qu’on devient gras)

In dirot qu’ta perdu t’quinzaine !
On dirait que tu as perdu ta quinzaine ! (il se dit à quelqu’un qui a l’air triste.
Autrefois, les mineur était payés tous les quinzes jours, d’où le mot quinzaine)

In étant tiot, il est quehu in bas d’sin cadeau !
En étant petit, il est tombé en bas de chaise d’enfant
(Il n’a pas toutes ses facultés mentales)

In fera nin de vieux oches !
Il ne fera pas de vieux os !
(Il ne vivra plus longtemps !)

In li frot croire qui fait noir in plein jour !
On lui ferait croire qu’il fait noir en plein jour !
(C’est un naïf)

In n’peut nin acater aveuc des ronds d’carottes !
On ne peut pas acheter avec des ronds de carottes !
(On ne peut pas acheter si on n’a pas l’argent)

I n’y a nin d’sots métiers, i ‘n’y a qu’des sottes gins !
Il n’a pas de sots métiers, il n’y a que des gens bêtes !
(Il n’a pas de mauvais métiers)

Il irot bin quier dins l’z’églisses et i dirot qu’chest les saints !
Il irait bien chier dans les églises et il dirait que c’est les saints !
(C’est un grand menteur)

I n’a nin dmindé sin reste !
Il n’a pas demandé son reste !
(Se dit souvent après une dispute, pour signaler que la personne a capitulé)

Inlève tin capiot v’là un ch’ti qui passe !
Enlève ton chapeau voilà un Nordiste qui passe !

In li poch’rot sin nez…in tir’rot cor du lait !
On lui pocherait son nez qu’on lui tirerait encore du lait !
(se dit d’un jeunot qui se prend pour un Homme)

In n’a nin sitot l’tro d’cul ouvert qu’il fourre déjà sin nez !
On a pas encore le trou de cul ouvert qu’il y met déjà son nez !
(On a pas sitôt commencé à parler qu’il s’en mêle déjà)

In n’est nin grint cosse !
On n’est pas grand chose !
(Se dit après l’annonce d’un décès inattendu)

In t’vo v’nir ti aveuc tes gros chabots !
On te voit venir avec tes gros sabots !
(On voit très bien où tu veux en venir, c’est flagrant)

In vot bin quind j’ai bu, in n’vot nin quind j’ai soif !
On voit bien quand j’ai bu, on ne voit pas quand j’ai soif !

In vot toudis tout auguminter et ch’porte-monnaie diminuer !
On voit toujours tout augumenter et son porte-monnaie diminuer !

In vot qu’i n’est nin grint, in est vite arrivé in haut !
On voit qu’il n’est pas grand, on est vite arrivé en haut !
(Souvent les petits s’énervent vite, et ne sont pas très malins)

I picherot dins un pot d’campe d’argint, i s’rot nin core contint !
Il pisserait dans un pot de chambre d’argent, il ne serait pas encore content !
(C’est un insatisfait)

I promet pus d’bure qui n’a d’pain !
Il promet plus de beurre qu’il n’a de pain !
(Il promet plus de chose qu’il ne peut tenir !)

I queurt comme si il l’avot l’diape au cul !
Il court comme si il avait le diable au derrière !

I rit à grosses dints !
Il rit à grosses dents !
(Il se force à rire pour ne pas montrer qu’il est contrarié)

I s’a soulé in chuchint del’glache !
Il s’est soulé en suçant de la glace !
(Il est saoul alors qu’il dit qu’il n’a rien bu)

I sait miux chucher qu’ouvrer !
Il s’est mieux boire que de travailler !

I s’a mis dins le bren tout seu !
Il s’est mis dans la merde tout seul !

I s’amuserotavec eune queue d’cheriche !
Il s’amuserait avec une queue de cerise !
(Il s’amuse avec un rien)

I s’étronne, ch’est passé pa l’tro à tarte !
Il s’étrangle, c’est passé par le trou à tarte !
(Il a avalé de travers)

I s’no pus d’gins dins ches verres qu’dins toutes ches rivières !
Il se noie plus de gens dans les verres que dans toutes les rivières !
(L’alcool tue plus que les noyades)

I sont comme cul et qu’miche !
Ils sont comme cul et chemise !
(Ils ont une grande complicité entre eux)

I sont comme deux poux d’sus eune loque !
Ils sont comme deux poux dessus un chiffon !
(Ils sont inséparables)

I s’rot in raque d’sus eune crotte in gelée !
Il serait en panne sur une crotte gelée !
(Il n’arriverait pas à surmonter le moindre petit problème)

I va n’y vir qu’du fu !
Il va n’y voir que du feu !
(Il ne va pas s’en apercevoir!)

I vaut miux aller à l’porte d’un plaingneux qu’all porte d’un vinteux !
Il vaut mieux aller à la porte de quelqu’un qui se plaint qu’à la porte d’un vantard !

I vaut miu boire à deux que d’s’in passer tou seu !
Il vaut mieux boire à deux que s’en passer tout seul !
(C’est plus convivial de boire à deux)

I verrot passer un quien aveuc un capiau d’su s’tiête, i l’frot rintrer à s’mason !
Il verrait passer un chien avec un chapeau sur sa tête, il le ferait rentrer à sa maison !
(C’est quelqu’un de très accueillant et généreux)

I vien’tent nous vir tous les trente six du mo !
Ils viennent nous voir tous les trente six du mois !
(Ils ne viennent pratiquement jamais nous voir!)

I vot bin quand j’ch’bo, mais in’n’vot nin quand j’ai soif !
On voit quand je bois, mais on ne voit pas quand j’ai soif !

I vot miux intend cha que d’ête sourd !
Il vaut mieux entendre ça que d’être sourd !
(C’est des bobards)

I voudrot avoir toutes ses dints et pis cor eune par d’sus !
Il voudrait avoir toutes ses dents et encore une par dessus !
(Il n’en a jamais assez)

J

J’ai m’doule ! J’ai m’prone ! J’ai m’dache !
Je suis ivre

J’ai été farcé !
Je ne me suis pas réveiller à l’heure !

Je m’fais du mourron ! Je m’fais de l’bile !
Je m’inquiète !

Je n’d’ai connu qui sont restés comme cha pindin 107 ins !
J’en ai connu qui sont restés comme ça pendant 107 ans !

J’fais nin ça pour des prones !
Je ne fais pas ça pour des prunes !
(Je ne fais pas ça pour rien)

Je l’conno comme si je l’avos fait !
Je le connais comme si je l’avais fait !
(Se dit quand on connait très très bien une personne, et en souriant quand c’est son enfant)

Je m’faisos du sing noir comme d’linque !
Je me faisais du sang noir comme de l’encre !
(Je me faisais beaucoup de soucis !)

J’m’in va wassinguer l’mason !
Je vais nettoyer la maison !

J’te dis quo !
Je te dirai ce qu’il en ai !

J’te vos venir ti ! J’te vos d’ichi !
Je te vois venir !

Ju d’cats, cha tourne in ju d’quiens !
Jeu de chats, ça tourne en jeu de chiens !
(Le jeu va mal tourner)

J’vous l’donne pou’ l’argint qu’cha m’a coûté !
Je vous le donne pour l’argent que cela m’a coûté !
(Je ne prends aucun bénéfice)

L

Laichons l’bon dieu dins sin paradis, ch’est s’plache !
Laissons le bon dieu dans son paradis, c’est sa place !
(Il ne faut pas toujours faire appel au bon dieu)

Les arweittieux n’ont rin à dire !
Les gens qui regardent n’ont rien à dire !
(Les spectateurs ne doivent pas donner leur avis, surtout à la belote)

L’bière sint l’marone du brasseux !
La bière sent la culotte du brasseur !
(C’est une mauvaise bière, c’est de la pisse)

L’diape i’est d’in s’cloquer !
Le diable est dans le clocher !
(Il est l’heure d’aller travailler)

Les deux font la paire, gros plein d’soupe et sac à l’oches !
Les deux font la paire, gros plein de soupe et sac à os !
(Ils ne valent pas mieux l’un que l’autre)

Les sots les font, les saches les mingent !
Les sots les font, les sages les mangent !
(Si tu ne profites pas de ton travail, moi je vais le faire)

Li, pus qui n’d’as, pus qui n’in veut !
Lui, plus il en as, plus il en veut !

Long mingeux, long ouvreux !
Long mangeur, long travailleur !
(Celui qui mange lentement, travaille lentement)

M

Man qu’i est solant !
Qu’il est saoulant !

Merci ach’ bon diu et à ses gins, m’pinche al tind !
Merci au bon dieu et à ses gens, ma panse se tend !

M’femme alle m’a fait eune salate ed cul tourné !
Ma femme m’a fait une salade de cul tourné !
(Ma femme n’a pas voulu faire l’amour)

Minge, t’es n’sais nin qui ch’est qui t’mingeras !
Mange, tu ne sais pas qui c’est qui va te manger !
(Encouragement à manger !)

Moins qu’in s’vot, miux qu’in s’porte !
Moins qu’on se voit, mieux qu’on se porte !
(Il faut éviter de se voir pour ne pas se disputer)

Mouque tin nez, dis bonjour à Madame !
Mouche ton nez, dis bonjour à Madame !

Mouque tin nez, i’a du brun d’botine !
Mouche ton nez, il y a de la merde à ta chaussure !

Mouque tin nez te verras plus clair !
Mouche ton nez tu verras plus clair !

Mouque tin nez, rassaque eut’nasse !
Mouche ton nez, et retiens ta morve !
(Se dit à un jeune qui manque de respect à un adulte)

Mouque tin nez y’a tes mouquiles qui pindent !
Mouche ton nez, tu as de la morve qui pends

Muche-te bin, j’cache après ti, si j’t’attrape, tint pis pour ti !
Cache-toi bien, je te cherche, si je t’attrape, tant pis pour toi !

N

Ni vi ni connu, j’timbroule !
Ni vi ni connu, je t’embrouille !
(Se dit quand une personne fait des choses peu claires)

N’l’acoute nin, i’est aussi fait qu’li !
Ne l’écoute pas, il est comme lui !

O

On n’gagne nin gramint, mais on a du plaisi !
On ne gagne pas beaucoup, mais on a du plaisir !

Ouais, ché mi, vlà m’tiète, min cul i vient !
Oui, c’est moi, voilà ma tête, mon derrière vient !

P

Parle à min cul, m’tiête al’est malate !
Parle à mon cul, ma tête est malade !

Pique ma soeur, te s’ras min bieau frère !
Pique ma soeur, tu seras mon beau-frère !
(Quand on joue aux cartes et qu’on pose un pique sur la table)

Plus vite fait, plus vite trinquille !
Plus vite fait, plus vite tranquille !
(Se qui est fait, n’est plus à faire)

Q

Queue babèle qu’i a !
Quelle langue il a !

Qu’eue Marie-Toutoule ch’elle la !
Quelle femme mal habillée, mal propre celle la !

Qui doque l’un, doque l’autre !
Qui frappe l’un, frappe l’autre !
(Quand tu fais mal à un ami, c’est comme si tu me faisais la même chose)

Quind ch’co i cante, el’glaine, all dot s’taire !
Quand le coq chante, la poule doit se taire !

Quand ch’est pour donner, all est sourte, mais quand ch’est pour archevoir, all’a eune fine orelle !
Quand c’est pour donner, elle est sourte, mais quand c’est pour recevoir, elle a une l’oreille fine !

Quand y a eune belle betterafe , ch’est toudis pour un laid pourcheau !
Quand il y a une belle betterave, c’est toujours pour un laid cochon !

Qué moqueu d’gins !
Quel moqueur !

Que babelle !
Quel bavard !

Qu’ech’qui t’arrif ? T’es tout in foufelle !
Qu’est-ce qui t’arrives ? Tu es tout en effervescence !

Quind i’a quette cosse dins’tiête, in l’a nin à sin cul !
Quand il a quelque chose en tête, il ne l’a pas à son cul !
(Qu’il est têtu !)

Quind in est viux in pue !
Quand on est vieux on pue !
Quand on est vieux on est mis à l’écart

Quind in n’in pas d’tiete, faut avoir des gampes !
Quand on pas de tête, il faut avoir des jambes !(quand on a oublié quelquechose il faut se déplacer)

Quind in s’y met, ch’est nin pour des prones !
Quand on s’y met, c’est pour pour des prunes !
(Quand on se met au travail, on ne fait pas semblant)

Quind j’peux l’péquer, je l’péque !
Quand je peux le pécher, je le pêche !
(Il faut savoir saisir toutes les occasions)

Quind les fainéants i s’y mettent, i n’d’abattent !
Quand les fainéants s’y mettent, ils ont vite fini le travail !

Quoque ch’est qu’te berdoules ?
Qu’est-ce que tu fabriques ?

Quo qu’te bos ?
Qu’est-ce que tu bois ?

R

Ravisse ! i fait sin paquet !
Regarde ! il fait son paquet
(Se dit quand un mourant alité agrippe ses draps)

Resté in raque
Resté en panne

Reste pas à l’cour, intre !
Reste pas dehors, entre !

Rin ch’est rin, eune tchiote séquo, cha fait du bin !
Rien c’est rien, un petit quelque chose, ça fait du bien !

Rinte , prins eune caïèle pi assis te !
Rentre, prends une chaise et assis toi !

S

Sake eddin !
Active toi !

Si in li mettot eune pleume à sin cul, cha frot un bel osiau !
Si on lui mettait une plume à son cul, ça ferait un bel oiseau !
(Lorsque l’on voit une personne habillée de façon ridicule !)

Si i vint al mason, i treuvera du brin d’su l’clinche !
S’il vient à la maison, il trouvera de la merde sur la poignée de porte ! (il sera mal reçu)

Si ma tante enn’avot, in l’appèlerot mon onque !
Si ma tante elle en avait, on l’appellerait mon oncle !

Si m’femme picherot d’l’argint, jel’fros boire plus souvint !
Si ma femme pissait de l’argent, je la ferais boire plus souvent !

Si té couques à l’heure de ch’ quien, té peux pos te’lver à l’heure de ch’ co !
Si tu te couches à l’heure du chien, tu ne peux pas te lever à l’heure du coq !
(Si tu te couches tard, tu ne pourras pas te lever de bonne heure !)

Si té cros que j’te cros, ravisse eum’n’oeul !
Si tu crois que je te crois, regarde mon oeil !

Si t’es nin contint, tourne tin cul au vent t’aura de l’air !
Si tu n’es pas content, tourne ton cul au vent tu auras de l’air ! (ça m’est égal)

Si tin baudet y n’veut nin boire, mets y eune casquette ed douanier !
Si ton baudet ne veux pas boire, mets lui une casquette de douanier !

T

Taper au carreau
Frapper à la vitre

T’as qu’à t’armuer t’aura caud !
Remue toi et t’auras chaud !

T’as passé par eun’belle porte !
Tu es passé par une belle porte !
Tu as eu beaucoup de chance dans ton malheur !

T’as vu commint t’es arnéqué avec tes fouffes !
T’as vu comment tu es habillé avec tes vieux vêtements !

T’aurais pas un de s’est quo ?
Tu n’aurais pas un petit quelque chose ?
Tu as eu beaucoup de chance dans ton malheur !

Te peux faire eune crox d’ssus !
Tu peux faire une croix dessus !
(Tu peux abandonner ce que tu espérais)

Teu’n’s’ra jamais plus fort qu’eune mouque, teu’n’quiera jamais à s’plafond !
Tu ne seras jamais plus fort qu’une mouche, tu ne chieras jamais au plafond !

T’eu’n’s’ra nin pus cras pour cha !
Tu ne seras plus sale pour ça !
(Tu ne seras pas plus avancé !)

T’eu’me racontes des coulles !
Tu me parles de couilles !
(tu me dis des mensonges)

Te vas t’ramasser eune bûche !
Tu vas te faire mal !

Te vos m’neul ? bin mi j’vo t’gueule !
Tu vois mon oeil, et bien moi je vois ton visage !

Ti ch’te r’connos, t’es d’min coin !
Toi je te reconnais, tu es de mon coin !

Tin fait des mnoules !
Fais pas te manières !

Tin père étot peinte, ti t’n’es qu’un barbouilleux !
Ton père était peintre, toi tu n’es qu’un barbouilleur !
(Tu ne sais pas travailler)

Ti t’as bon !
Toi tu vas y avoir droit !

Tout cha ch’est du bren d’coulon !
Tout ça c’est de la merde de pigeon !
(C’est pas grand chose)

Tout ch’qui cuit hors dem’mason, j’nin sins nin l’odeur !
Tout ce qui cuit hors de ma maison, je n’en sens pas l’odeur !
(Je ne m’occupe pas des affaires des autres)

Tout ch’qui est bon sins beurre, ch’est encore meilleux avec !
Tout ce qui est bon sans beurre, c’est encore meilleur avec !

Tout ch’qui est findu, n’est nin à ruer in vo !
Tout ce qui est fendu, n’est pas à jeter à la rue !

Tout douchemint, i va lon !
Tout doucement, il va loin !

Trinte six leunettes et l’nez d’sus, i’ n’y vot qu’du fu !
Trente six lunettes et le nez dessus, il n’y voit que du feu !
(C’est quelqu’un de naïf)

Un morciau avalé, n’a pus d’goût !
Un morceau avalé n’a plus de goût !
(Après avoir rendu un service à quelqu’un, il l’oublie vite)

U

Un ouvrache bin ravisé est à mitan fait !
Un travail bien observé est à moitié fait !
ou
Un ouvrache deminte puque à être arweitier qu’à être ouvré !
Un travail demande plus à être observé qu’à être réalisé !

V

Va pus long, te sins l’oignon !
Va plus loin, tu sens l’oignon !
(Tu n’es pas le bienvenue parmi nous)

Va t-in gratter t’boudaine !
Va t-en gratter ta boudaine !
(Va voir ailleurs si j’y suis)

Vins faire sisite !
Viens t’asseoire sur mes genoux !

Viv’ment c’soir qu’in s’couque, et samdi qu’in touche !
Vivement ce soir qu’on se couche et samedi qu’on touche !

Y

Y a pus d’arweittieux que d’acateux !
Il y a plus de gens qui regardent que d’acheteurs !

Y a nin moyen de moyenner ?
Il n’y a pas moyen de moyenner ?
(Il n’y a pas une autre façon de trouver un arrangement ?)

Y a nin doute, après l’café in bot el goutte !
Il n’a pas de doute, après le café on boit un digestif !

Y a t’i des biêtes à l’omp’ quind l’solel est couqué ?
Y a t-il des bêtes à l’ombre quand le soleil est couché ?
(Remarque faite quand quelqu’un n’a pas fait quelque chose d’évident)